Randonnées et trekking en montagne: directives pour une bonne hydratation

Publié le : 13 novembre 20206 mins de lecture
Vivre les montagnes avec joie et bonheur est un jeu continu d’équilibre.
Excursions, trekking, promenades relaxantes… passer d’agréables moments n’est pas toujours aussi évident; en fait, nos jours peuvent souvent changer soudainement même pour de petites banalités… Être entraîné et préparé psycho-physiquement est important mais le sommeil, la nutrition et l’hydratation sont aussi des aspects à ne pas sous-estimer. Vous trouverez ci-dessous des directives brèves mais claires concernant une bonne hydratation .

 

Commençons par dire que maintenir un «niveau d’eau» optimal dans notre corps n’est pas du tout simple! Même pour ceux qui font des compétitions de course à pied à un niveau compétitif, il n’est pas si facile d’interpréter leurs sentiments; les variables impliquées sont en fait nombreuses; certains changent d’un sujet à l’autre, tandis que d’autres peuvent être définis comme plus objectifs: ceux qui ont le plus d’impact sur l’hydratation sont:

  • le vent
  • l’altitude
  • la température
  • humidité

Tous ces facteurs se combinent pour générer des conditions très différentes. Et nous ne décidons certainement pas du mélange. Chaque jour sera unique et différent des autres!

La montagne en cela est un exemple clair de variabilité dans laquelle on peut souvent trouver des variations soudaines des conditions climatiques… parfois même assez sévères.

Pour entrer dans le vif du sujet du chapitre «hydratation», commençons par une simple hypothèse que vous avez sûrement déjà entendue… « le corps humain est constitué majoritairement d’eau ».
Cependant, ce que la plupart des gens ne savent pas encore, c’est que de très faibles variations (ne serait-ce que quelques points de pourcentage) par rapport au seuil optimal de chaque individu suffisent à provoquer des répercussions importantes et malheureusement parfois même graves; en effet, elle peut aller d’une légère altération de la température corporelle jusqu’à l’apparition de troubles gastro-intestinaux, d’hallucinations et, dans les cas les plus graves, d’arrêt cardio-circulatoire.
Le maintien d’une bonne hydratation est donc essentiel pour votre sécurité et votre bien-être physique.

Mais que faire alors?

Quand et comment boire ???

La première chose à mettre en place lorsque nous avons identifié le parcours de notre excursion est d’identifier au préalable les points d’eau possibles (mieux vaut prévenir que guérir …!) À l’aide de la carte de randonnée ou en se renseignant auprès des refuges ou des locaux: refuges, ruisseaux, fontaines, sources… toute source d’eau potable sera une raison supplémentaire de tranquillité! Cette prudence est encore plus importante dans le cas d’un trek de plusieurs jours pour des raisons évidentes.

Alors rappelez-vous que lorsque vous ressentez la sensation de soif, il est déjà tard: votre corps aura évidemment déjà souffert des différents facteurs qui ont conduit à cette situation stressante.
Il est donc indispensable de jouer à l’avance ! Surtout dans les situations extrêmes de fatigue et de chaleur intense, mon conseil est de diluer un sachet de sels minéraux MGK .Vis dans l’eau de la bouteille  . Les suppléments de sels minéraux aident à rétablir rapidement l’équilibre hydrique et salin perdu avec une transpiration élevée et sont pratiques et rapides à utiliser en cas de besoin.

L’approche la plus correcte en termes d’hydratation pour ceux qui vont à la montagne (principe applicable à tous les domaines) est de boire de petites gorgées et de le faire à intervalles réguliers . Plus les conditions climatiques que vous serez appelé à endurer seront « extrêmes », plus vous devrez augmenter la fréquence des « gorgées ».
N’oubliez pas que plus votre excursion se développe, plus la quantité de liquides à prendre est importante.

Attention alors!… Boire un peu n’est absolument pas bon mais trop boire n’est pas aussi bon!
Les «extrêmes» conduisent presque toujours à l’apparition de désagréments inutiles.
Pour hydrater de manière optimale, utilisez de préférence des solutions isotoniques (évitez plutôt l’utilisation de boissons trop sucrées ou alcoolisées).

Si vous vous préparez à faire du trekking pendant plusieurs jours ou sur des itinéraires particulièrement difficiles (que ce soit en raison d’un effort physique ou des conditions météorologiques), commencez si possible à vous hydrater déjà 1 ou 2 jours avant … votre corps s’adaptera mieux aux efforts, réduisant considérablement les possibilités. d’apparition de crampes gênantes!

En ce qui concerne l’hydratation, il est également juste de mentionner un cas particulier : s’il s’agit d’une personne blessée qui a manifestement besoin de soins médicaux d’urgence (par exemple pour un membre cassé), il n’est pas recommandé d’administrer des liquides; cela pourrait entraîner des complications lors de toute intervention chirurgicale.

Comme vous l’avez compris, l’hydratation n’est en aucun cas anodine ni évidente: aller à la montagne c’est beau mais avec les bonnes précautions c’est encore mieux!
Alors, n’oubliez pas: au-delà des cas exceptionnels, que vous soyez pressé ou que vous viviez les émotions les plus engageantes, buvez la bonne boisson à intervalles réguliers!
Les jours mémorables resteront gravés dans vos mémoires.

Bonne montagne à tous!

Plan du site